Comment les morceaux de poulets détruisent les emplois

La viande avariée dans la casserole

Ce que la commercialisation des morceaux de poulets montre, c’est combien les marchés au Ghana sont dépendants de l’UE. Comme on préfère manger le blanc de poulet en Europe, les abattoirs ont cherché un nouveau débouché pour les parties résiduelles.Ils l’ont trouvé en Afrique. Les restes congelés y sont embarqués pour les vendre sur les marchés locaux. Cette viande est presque 20 pour cent moins chère que la viande locale.

Les consommateurs payent un prix très élevé : Plus de 80 pour cent des parties résiduelles de poulets sont  `ce point contaminés par les salmonelles et les microbes qu’elles sont impropres à la consommation. Le gouvernement du Ghana a voulu y mettre un frein en augmentant les droits d´importation. Mais en 2003, la Banque mondiale et le FMI ont forcé le gouvernement à  les diminuer de nouveau. Ils ont menacé de refuser le crédit dont  le Ghana avait fait la demande pour réduire  la pauvreté dans le pays.


Les conséquences  sont désastreuses pour les agriculteurs : Tandis qu´il y a peu d’années, ils  produisaient eux-mêmes 80 pour cent des besoins  en viande, ce sont aujourd’hui seulement trois pour cent. 
Beaucoup d´agriculteurs se sont retrouvés au chômage et sont en outre fortement endettés, ayant dû contracter de hauts crédits pour acheter le fourrage frais.