« Le Seigneur parle aussi ewe »

Les traducteurs du Nouveau Testament à Ho, au centre, Jakob Spieth (environ 1910).

A propos de la traduction de la Bible

Les missionnaires ont souhaité bien vite mettre  la Bible  à  la disposition  des Africains dans leur langue maternelle. Foi et dialogue  avec le Seigneur ne sont possibles que dans la langue maternelle. À l’aide de beaucoup d’Africains, on a traduit la Bible en ewe. Mais on renonça  délibérément à apprendre les langues européennes aux Africains. On craignait qu’une langue globale offrît la possibilité de parler aux autres Africains et renforçât ainsi les efforts  pour acquérir  l’indépendance.

Pendant la traduction, les missionnaires ont eu des difficultés insoupçonnées. Par exemple, il leur  manquait un mot ewe pour « l’étable » dans la traduction du récit de Noël. Mais les missionnaires gardent les chevaux à  l’étable. Au lieu de « l’étable » ils ont donc  écrit: « où les chevaux se trouvent » ! La première Bible complète en ewe est parue en  1911, après huit ans d´un travail acharné.

La « Bible-Pour-Un-Monde » en quatre langues est un projet commun des Eglise allemandes et africaines.

La « Bible-Pour-Un-Monde »

La « Bible-Pour-Un-Monde » en allemand, en anglais, en français et en ewe existe depuis 2006. Les enfants du Ghana et d’Allemagne ont illustré les passages bibliques. La Bible sert à se comprendre mutuellement,  nous permet de jeter un regard sur  les cadres de vie différents au Ghana et en Allemagne et porte l´accent sur  l´existence d´une  communauté mondiale des chrétiens.